jpg

Grand, plus grand, le plus grand ? L’urbanisme moderne connaît une renaissance dans le monde entier. Aujourd’hui, de nouvelles métropoles voient le jour aux quatre coins du monde, en marge des projets d’infrastructure gigantesques. Parallèlement, les villes existantes s’agrandissent grâce à des interventions spatiales profondes sur leur apparence et leur infrastructure. Découvre cinq villes utopiques émergentes – mais attention, toutes ne sont pas condamnées au succès !

Développement urbain : 5 villes utopiques du futur

Au Proche-Orient, de nouvelles métropoles sont construites là où il n’y avait auparavant que le désert. En contrepartie, l’Indonésie se voit tristement contrainte de déménager sa capitale, Jakarta, en raison de la montée du niveau de la mer. De l’Arabie saoudite, de l’Égypte et du Nigeria à l’Indonésie et au Japon, les différents acteurs poursuivent leurs propres utopies urbaines.

Villes utopiques paysage urbain architecture Hambourg gratte-ciel cour intérieur de bâtiment et différent taille d'immeubles urbanisme développement urbain
Quelles apparences prendront les futures villes et métropoles ? (Photo symbolique: Urbanauth / VGO / Hamburg / 2018)

Villes utopiques : la ville linéaire du désert de Neom « The Line » en Arabie Saoudite

À la découverte du nouvel urbanisme moderne au Proche-Orient ! Le projet futuriste autour de la ville linéaire du désert de Neom, également connue sous le nom de « The Line« , pose de nouveaux jalons. Sous l’initiative du prince héritier Mohammed bin Salman et en coopération avec la Jordanie, cette ville utopique doit voir le jour au nord-ouest de l’Arabie saoudite, dans la province de Tabuk. En plus de la structure linéaire prévue et de sa longueur considérable de 170 kilomètres, d’autres innovations et idées font rêver.

La « walkability » est au premier plan. Ainsi, toutes les installations importantes, telles que les écoles, les centres médicaux et les espaces verts, doivent être accessibles à pied en cinq minutes. Grâce à une nouvelle mobilité, le temps de déplacement en transport public doit pareillement être réduit : Grâce à un système de transit automatisé à grande vitesse basé sur les technologies les plus modernes, tout déplacement ne devrait pas durer plus de 20 minutes. La construction linéaire de gratte-ciel crée une zone densément peuplée qui devrait réduire l’impact de l’humain sur l’environnement. Les énergies renouvelables sont prises en compte dans la planification du projet, tout comme les progrès techniques en matière de smart city et d’intelligence artificielle.

Quel apparences prendra le nouvel urbanisme des futures métropoles ? (Photo symbolique : Urbanauth / VGO / Paris / 2021)

C’est l’un des projets d’urbanisme les plus ambitieux et les plus coûteux. Les coûts prévus s’élèvent déjà à plus de 500 milliards de dollars, avec une tendance possible à la hausse. Grâce au soutien de l’Arabie saoudite, les moyens financiers ne manquent pas. Ce pays du Proche-Orient est conscient du caractère éphémère de ses richesses en matières premières. Neom doit donner un nouvel élan et permettre un avenir loin du marché du pétrole. Le projet, dévoilé en 2017 et dont la première phase de construction a débuté en 2019, a subi ses premiers retards dans la mise en œuvre en raison de la pandémie de Corona.

Pendant ce temps, l’imagination et la créativité des architectes et des développeurs connaissent peu de limites. Dans l’esprit du paysage vertical de Dubaï, on construit aussi en hauteur à Neom. Des propositions telles que le Downtown-Circle, un gigantesque bâtiment en forme de beignet au centre de la ville et la proposition d’une ligne de bâtiments d’un kilomètre de long font rêver avec des dessins digitaux sophistiqués. Sans parler d’autres idées utopiques et d’évasions ! Un Jurassic Park avec des dinosaures robotisés, ainsi qu’une lune artificielle et du sable lumineux s’alignent dans des projets de bâtiments démesurés… les architectes et les bureaux d’études ne manquent pas d’idées ambitieuses. L’avenir nous dira lesquelles de ces propositions et utopies prometteuses seront finalement mises en œuvre !

De loin, on ne peut que supposer que tout n’est pas en ordre. Le journal britannique The Guardian a récemment fait état de trois membres de la tribu Huawaitat qui ont été condamnés à mort. Ils sont soupçonnés de s’être opposés à Neom et sous risque d’expulsion de leurs terres. D’autres membres de la tribu risquent également de longues peines de prison. Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a notamment critiqué les condamnations sur la base de vagues accusations de terrorisme.

La nouvelle ville gouvernementale égyptienne – la « New Administrative Capital » remplace Le Caire

Urbanisme semi-moderne aux concepts dépassés ou modèles erronés ? En Égypte aussi, on construit à tour de bras de gigantesques ouvrages et d’infrastructure. Dans le cadre de l’agenda « Vision Egypte 2030« , la construction d’une nouvelle capitale administrative est en cours. Le pays, avec son canal de Suez, possède une importance stratégique pour le trafic maritime au niveau mondial et pour le transport de marchandises. Encadré dans le programme d’infrastructure chinois, de l’initiative One Belt et de la nouvelle route de la soie chinoise, l’Égypte bénéficie déjà d’investissements massifs.

C’est surtout la région métropolitaine du Caire, forte de plusieurs millions d’habitants, qui est confrontée aux problèmes d’un développement urbain chaotique. Pourras le projet de « nouvelle capitale administrative » permettre d’y remédier ? Le coût de la nouvelle ville administrative non loin du Caire est estimé à 60 milliards d’euros. Dans son article pour le RND, le journaliste Patrick Hoffmann présente en détail le projet et la mise en œuvre actuelle du quartier gouvernemental.

Même si le nom exact manque encore, un chantier gigantesque est déjà en cours à 50 kilomètres à l’est du Caire. Sans aucun rapport aux tendances de l’urbanisme moderne, des projets ordinaires sont mis en avant. L’aménagement urbain prévoit ainsi un immense aéroport international, des zones commerciales, des parcs de loisirs, hôpitaux, écoles, mosquées et logements pour plusieurs millions de personnes. La nouvelle capitale administrative doit devenir le nouveau cœur et le moteur économique du pays. Mais la question du futur, si le projet d’urbanisme de la nouvelle capitale serra vraiment au taquet du temps, reste ouverte.

architecture brutalisme villes utopiques batiment beton logement social France Paris urbanisme années 70
Quelle paysage urbain accompagnera la nouvelle capitale administrative de l’Egypte? (Photo symbolique : Urbanauth / VGO / 2020 / Paris)

En matière de mobilité, 2000 kilomètres de voies ferrées seront posés et 60 stations seront construites. D’Abu Simbel à Louxor, en passant par Alexandrie, Le Caire et la nouvelle capitale, le réseau ferroviaire est en cours d’extension. L’entreprise allemande Siemens a conclu le contrat historique 2022 et est responsable de la construction du réseau de transport.

Cependant, la construction de la nouvelle capitale suscite des résistances – la planification et la finalité sont sous le feu des critiques. Ainsi, le pays endetté ne peut déjà pas couvrir ses frais sans investissements étrangers. La construction d’un projet aussi gigantesque engloutit alors un nombre incalculable de ressources et risque d’avoir des répercussions à long terme sur l’économie et l’environnement.

Au cœur des critiques : des concepts d’urbanisme dépassés datant des années 70, ainsi qu’une approche territoriale discriminatoire, avec un réseau de mobilité inégalement développé, et une utilisation discutable des ressources en eau. Mais c’est surtout l’approche obsolète de l’urbanisme, avec ses grands boulevards et ses voies rapides, ainsi que la séparation des espaces de vie, de travail, de consommation et de loisirs dans différents quartiers, qui s’oppose aux approches contemporaines de l’urbanisme d’une ville productive où toutes les activités sont regroupées. Jusqu’à présent, on sait peu sur l’avancement de la nouvelle capitale administrative et il reste à voir si le projet de construction aboutira…

Mise en œuvre incertaine : l’Eko Atlantic City près de Lagos

Peu médiatisé et actuellement au point mort, l’Eko Atlantic City est à son tour un exemple d’urbanisme moderne sur le continent africain. De nouveaux logements devaient être construits sur une surface d’environ 25 kilomètres carrés et jusqu’à 15 kilomètres carrés devaient être construits dans la mer, en tant qu’extension de Lagos. « Eko » n’est pas synonyme d’écologie, comme pourrait le penser un lecteur, mais désigne bien le pédant yoruba de Lagos.

Le projet de construction, qui devait être réalisé avec le soutien financier et le savoir-faire de la Chine, est pour le moment au point mort. Mis à part d’énormes quantités de sable déversées et quelques bâtiments relativement peu nombreux, le projet de l’Eko Atlantic City ne semble pas s’achever. Les conséquences de la pandémie de Corona ont retardé le projet de construction et remettent en question son achèvement réaliste.

L’urbanisme moderne en Afrique a déjà fait la une des journaux récemment, lorsque de graves accusations de corruption ont été lancées sur le Congo dans les Congo Hold Up Leaks. Le site d’information francophone RFI a fait un reportage détaillé sur les liens financiers de l’ancien président Jospeh Kabila et avait également révélé certains projets immobiliers douteux à Kinshasa.

Déménagement à cause du changement climatique en Indonésie : la nouvelle capitale Nusantara

Cinq villes utopiques du futur. Quelle place pour la nature ? Fassade verdis verts dans une métropole paysage urbain
La nature sauvage de l’île indonésienne de Bornéo, dans le Kalimantan oriental, va probablement devoir céder la place à la construction de la nouvelle capitale, Nusantara. (Photo symbolique : Urbanauth / VGO / 2021 / Nature urbaine)

Temps difficiles pour l’État insulaire le plus peuplé. Pour la fâcheuse raison de la montée du niveau de la mer, l’actuelle capitale de l’Indonésie, Jakarta, doit déménager. Avec plus de 40 % de sa surface urbaine sous le niveau de la mer, la mégalopole n’a pas de belles perspectives. Mais les problèmes accumulés par le développement urbain chaotique de Jakarta – notamment le mitage du paysage, les embouteillages massifs, les quartiers informels, les inondations généralisées, l’absence d’eau potable et de traitement des déchets ainsi que l’affaissement des sols – ont pareillement conduit à la décision de déménager.

Ce nouveau départ doit permettre d’éviter les erreurs précédentes. La manière dont le déménagement se déroulera pour les dix millions d’habitants de la capitale reste ouverte. Il en va de même pour la région métropolitaine de Jakarta qui, avec ses 34 millions d’habitants, est l’une des plus grandes agglomérations urbaines du monde. Mais l’État insulaire d’Asie du Sud-Est est inévitablement confronté aux effets de la montée du niveau de la mer, ce qui ne laisse pas d’autre solution que de changer de lieux.

La nouvelle capitale Nusantara est en train de se développer sur l’île de Bornéo et devrait être inaugurée dès 2024. Le nom fait référence à « Wawasan Nusantara« , « la vision archipélagique indonésienne« . Cela correspond à la vision nationale de l’Indonésie en ce qui concerne ses citoyens, la nation et le territoire de la République d’Indonésie.

Même si le projet d’une nouvelle capitale avait déjà été évoqué par les gouvernements précédents, ce n’est qu’à partir de 2017 que le projet a pris de l’ampleur. En 2019, après un appel d’offres international, la proposition « Nagara Rimba Nusa » (« l’archipel des terres forestières« ) d’URBAN+ a remporté le concours. Cette proposition prévoit que 80 % de la mobilité soit assurée par les transports publics et par des itinéraires adaptés aux piétons et aux cyclistes.

La phase initiale consiste à viabiliser les terrains à bâtir et à construire les premiers équipements publics. Outre les leçons tirées du changement climatique, les expériences de la pandémie de Corona occupent également une place dans la mise en œuvre de la planification urbaine de Nusantara. Selon le site d’information Blomberg, les travaux de ce projet de construction de 34 milliards de dollars ont déjà commencé. Le financement, qui doit provenir en grande partie du secteur privé, constitue un obstacle pour le projet. Mais l’impact profond sur les réserves naturelles de Bornéo soulève aussi des questions quant à sa durabilité et la protection de l’environnement.

Villes utopiques au Japon : la Smart City de Toyota « Woven City »

Dernier de notre liste de cinq villes utopiques, ce pionnier de la smart city est incontournable : La Woven City de Toyota est un projet à la fois ambitieux et hautement technologique au Japon. Le 23 février 2021, le projet de construction d’un centre de mobilité innovant dans la ville de Susono, sur un ancien site de production automobile de Toyota, a été officiellement annoncé. Dans l’esprit de la culture japonaise, les valeurs traditionnelles et la technologie moderne jouent un rôle important dans le projet global. Avec le Mont Fuji derrière lui et un financement assuré, ce projet est prometteur.

développement urbain architecture Paris 15eme Arrondissement l'urbain et l'humain villes utopiques aménagement urbain
Urbanisme moderne contre futurisme – Ce qui perdura vraiment, révélera le temps. (Photo symbolique : Urbanauth / VGO / 2021 / Paris)

Les travaux, qui ont débuté l’année dernière, en sont encore à la viabilisation du terrain à bâtir. Les architectes seront ensuite impliqués dans la deuxième phase. Ce projet privé est principalement financé par Toyota Motor Corporation, l’un des plus grands constructeurs automobiles hors d’Europe. Afin de permettre une mobilité sûre et efficace, la logistique des marchandises sera séparée des transports personnels et publics et disposera de ses propres voies de circulation. Alors qu’une voie de circulation pour les systèmes de conduite automatisés est prévue en surface, le transport de marchandises serra souterrain. La compréhension originale de la mobilité a ici une signification sociale plus profonde dans l’entreprise. Ainsi, l’hydrogène doit être mis en avant en tant que source d’énergie. Avec une « plateforme Smart City », l’Internet des objets doit mettre en connexion l’espace urbain et la vie des citoyens. D’autres offres autour de la santé, de l’éducation et du travail complètent le concept holistique.

Et même si la surface et l’espace habitable relativement restreint font de la Woven City la plus petite des utopies de l’urbanisme moderne, c’est peut-être justement la faisabilité du projet qui lui donne son attrait et sa crédibilité. En matière de futurisme, l’imaginaire de ville hautement mobile nourrit des ambitions aussi fortes que les autres projets de construction présentés. Contrairement au projet de ville intelligente de Google à Toronto, au Canada, qui a été abandonné, Toyota reste actuellement le développeur le plus prometteur de ville intelligente avec Woven City.

L’article a été mis à jour le 04/05/2023. De nouvelles informations sur Neom ont été ajoutées à la section correspondante.
Source : The Guardian / AFP in Genevia « UN rights experts denounce planned Saudis execution of megacity opponents » / 03/05/2023

Rejoins notre Newsletter

Rejoins le newsletter d'Urbanauth - ton média sur la relation de l'humain à l'urbain

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner